Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Ben Tyrion

Jean-Pierre de Lucovich – Occupe-toi d’Arletty ! (Plon, 2011 - 10/18 Grands détectives, 2016)

10 Juin 2016 , Rédigé par Ben Tyrion

Jean-Pierre de Lucovich – Occupe-toi d’Arletty ! (Plon, 2011 - 10/18 Grands détectives, 2016)

Résumé de l’éditeur : 1942. Qui envoie des petits cercueils et des lettres de menaces à Arletty? La résistance? La vedette d’Hôtel du Nord vit une histoire d’amour avec un officier allemand, et ne s’en cache pas. Est-ce lui qui est visé?

Appelé à son secours, Jérôme Dracéna, un ancien flic de la Crim’ devenu détective privé, va enquêter dans le Paris de l’Occupation et découvrir que les auteurs des menaces ne sont pas ceux qu’il croyait.

Des boîtes de Pigalle au Fouquet’s en passant par le fameux One Two Two et les cocktails du « gratin » de la collaboration, Jérôme fait des rencontres à haut risque : Henri Lafont, le chef de la Gestapo française de la rue Lauriston à l’amitié encombrante, la belle comtesse Tchernycheff, une aventurière vénéneuse, Lionel de Wiet, faux marquis et vrai trafiquant de haut vol...

Armé de son charme insolent et de son goût pour la boxe française, Jérôme Dracéna parviendra-t-il à neutraliser le tueur qui menace Arletty et son officier allemand? Atmosphère, atmosphère...

Mon avis : J’ai découvert Jean-Pierre de Lucovich, et son privé Jérôme Dracéna, en lisant d’abord, l’an passé, Satan habite au 21, paru aux éditions de l’Archipel en janvier 2015 (second volet des aventures de Dracéna). Ce second roman, consacré à l’affaire Petiot – du nom de ce sinistre médecin qui assassina une série de Juifs et truands auxquels il avait fait miroiter un passage en Argentine pour échapper à la Gestapo – m’avait énormément plu. On y retrouve d’excellents ingrédients qui suffisent en général à me convaincre : un arrière-plan historique maîtrisé par l’auteur, une intrigue plausible, un brin d’humour grinçant, un privé certes classique (Dracéna aime les femmes, l’alcool et est un ex-flic) et une écriture plaisante. Aussi, lorsque le premier volet des aventures de Dracéna – Occupe-toi d’Arletty ! publié en grand format chez Plon en 2011 – est sorti en poche – en 10/18, série « Grands détectives » – je me suis précipité chez mon libraire.

J’ai à nouveau été séduit par le style et par le ton de Jean-Pierre de Lucovich. Se fondant ici sur l’affaire bien réelle de l’amant allemand d’Arletty, notre auteur monte une intrigue parfaitement ficelée autour de la figure de la grande actrice française, connue pour la liberté de ses mœurs, pour son franc-parler, et bien sûr pour son charme enjôleur. Elle fut d’ailleurs poursuivie pour sa relation avec cet officier allemand et on lui prête cette réplique à ses juges : « Si vous ne vouliez pas que je couche avec les Allemands, fallait pas les laisser entrer », ou encore, lors de son arrestation « Si mon cœur est français, mon cul, lui, est international ! ». C’est dans le cadre de cette « affaire » de l’amant allemand que Dracéna, ex-policier de la brigade criminelle, et passionné de cinéma, est mis en scène : il est chargé, par l’intermédiaire de son père – ex-patron de la mondaine – d’enquêter sur l’affaire des cercueils reçus par Arletty. Notre privé va suivre la trace de celles et ceux qui en veulent à Arletty. L’immense culture cinématographique de l’auteur, par ailleurs chroniqueurs des nuits parisiennes pendant de nombreuses années, ainsi que sa belle connaissance du contexte de l’Occupation, nourrit sans cesse un récit qui passe de bar en bar, en passant par le 36, par des appartements privés, dans le Paris de 1942. Tout se passe aussi comme si Dracéna, qui ne refuse que rarement un petit plaisir (qu’il soit offert par le corps d’une femme ou qu’il s’agisse simplement de faire la fête), entendait vouloir sauver les meubles d’Arletty, la protéger, malgré la très faible estime qu’il voue à l’occupant et aux collaborateurs.

Je ne dévoilerai pas plus d’éléments de l’intrigue afin de ne pas gâcher le plaisir de celles et ceux qui se plongeront dans ce que je considère comme un très bon roman à énigme. J’espère sincèrement que Dracéna ne nous laissera pas tomber et que nous aurons le plaisir de le retrouver prochainement pour de nouvelles aventures. Dracéna pourrait prétendre un jour au statut de Bernie Gunther « à la française ».

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article